Cambodge

Cambodge

Des questions sans réponse sur le Tonle Sap

Par paoetdelph
Des questions sans réponse sur le Tonle Sap

Paola et Delphine sont deux amies parties pour 9 mois sur les routes d’Asie pour découvrir ces pays qui les intriguent et les laissent rêveuses. Après cette longue expérience ensemble, Delphine - désormais sans Paola - poursuit son parcours par une découverte du Cambodge avec Sabine et Corinne rencontrées au gré des visites.

"Pour notre dernier jour sur Siem Reap, on choisit de partir en direction du Tonle Sap, un grand lac qui alimente en poissons et coquillages une grosse partie du Cambodge. Les maisons sont sur des pilotis très hauts car le lac prend 70 fois son volume en saison des pluies !

Attention, l’article qui arrive n’est pas forcément le plus « fun » qui soit. C’est plus un débat ouvert, un résumé de la conversation qu’on a eu après notre virée un peu déstabilisante sur le lac ! Amateurs de sensations fortes et d’anecdotes croustillantes passez votre chemin !

On embarque sur un gros bateau à moteur qui fait un bruit assourdissant. Surprise : c’est un gamin qui conduit ! Sur la rivière qui mène au lac l’ambiance est spéciale, voire même pesante. Nous ne nous sentons pas à notre place, pas les bienvenues… les enfants se cachent à la vue de l’appareil photo, les adultes nous jettent des regards noirs, transperçants, ne rendent pas nos sourires… Pas tous, certes, mais la plupart.

Une fois arrivées sur le lac, le spectacle est vraiment atypique, comme d’une autre planète. Le ciel et l’eau sont gris-blancs si bien qu’on distingue à peine la ligne d’horizon ! Les maisons colorées et les bateaux se reflètent dans l’eau, parfaitement.

On est planté là, au milieu du lac, observant les personnes sur les maisons flottantes. Là une femme se lave les cheveux au dessus de l’eau, là un bateau se réapprovisionne au « supermarché » flottant du coin, là les pêcheurs rentrent de leur journée. On essaye de comprendre comment la vie s’articule. On fait le plein de calme et de silence et on repart direction l’embarcadère.

Les bateaux que l’on double/croise dans ce sens là sont bien plus souriants. Les enfants font coucou, des hommes sourient ou saluent, on devine le sourire des femmes sous leurs « casquette intégrales » qui cachent leurs bouches  mais pas leurs yeux qui s’illuminent…

C’est un peu moins mal à l’aise que l’on rejoint le tuktuk. Sur le chemin du retour la discussion va bon train. On essaye de comprendre ce qui vient de se passer, on compare par rapport à nos expériences dans d’autres pays…

Est-ce le fait que ce soit une ethnie persécutée, forcée à vivre sur le lac, qui nourrit leur révolte ? Est-ce de la timidité ? Le fait de ne pas voir beaucoup de touristes ? La faute des gros bateaux de croisière de la saison haute ? Qui, en plus, déchirent leurs filets ? Le sentiment d’être au zoo ? Ajouté à cela que l’eau empêche le contact, un réel échange, une discussion…

Dans ce cas, faut-il y aller ou pas ? Développer le tourisme, pousser à l’ouverture de guest house ou les laisser « tranquilles » ? Quel serait l’impact du tourisme ? Y a-t-il du bon à tirer pour eux ? Quelle est notre part de responsabilité dans cette attitude ? En quoi peut-on faire évoluer les choses ? »

Tant de questions que nous nous sommes posées, essayant d’en trouver les réponses… Mais le sujet est complexe, il ne semble pas y avoir d’unique réponse. Le tourisme a ses bons et ses mauvais côtés… Seul l’avenir nous dira quel impact il a eu ici, espérons qu’il soit positif !

Le séjour au Cambodge n'est pas fini, suivez le reste de leurs aventures cambodgiennes et découvrez aussi la destination suivante : le Kirghizstan

Commentez cet article

Carte du pays

Drapeau

Cambodge

Mises à jour des trippers






















































Cambodge

J'ai également visité ce pays

Photos : Cambodge

ENTREZ dans la communauté Tripper Tips EN 3 ÉTAPES !